L’antisionisme est une opinion, pas un crime

TRIBUNE PARUE DANS LE JOURNAL LIBÉRATION le 28 février 2019

Pour les 400 signataires de ce texte, l’antisionisme est une pensée légitime contre la logique colonisatrice pratiquée par Israël. Le fait qu’il serve d’alibi aux antisémites ne justifie pas son interdiction.

Monsieur le Président, vous avez récemment déclaré votre intention de criminaliser l’antisionisme. Vous avez fait cette déclaration après en avoir discuté au téléphone avec Benyamin Nétanyahou, juste avant de vous rendre au dîner du Crif.

Monsieur le Président, vous n’êtes pas sans savoir que la Constitution de la République énonce en son article 4 que « la loi garantit les expressions pluralistes des opinions. » Or, l’antisionisme est une opinion, un courant de pensée né parmi les juifs européens au moment où le nationalisme juif prenait son essor. Il s’oppose à l’idéologie sioniste qui préconisait (et préconise toujours) l’installation des juifs du monde en Palestine, aujourd’hui Israël.

L’argument essentiel de l’antisionisme était (et est toujours) que la Palestine n’a jamais été une terre vide d’habitants qu’un « peuple sans terre » serait libre de coloniser du fait de la promesse divine qui lui en aurait été donnée, mais un pays peuplé par des habitants bien réels pour lesquels le sionisme allait bientôt être synonyme d’exode, de spoliation et de négation de tous leurs droits. Les antisionistes étaient, et sont toujours, des anticolonialistes. Leur interdire de s’exprimer en prenant prétexte du fait que des racistes se servent de cette appellation pour camoufler leur antisémitisme, est absurde.

Monsieur le Président, nous tenons à ce que les Français juifs puissent rester en France, qu’ils s’y sentent en sécurité, et que leur liberté d’expression et de pensée y soit respectée dans sa pluralité. L’ignominie des actes antisémites qui se multiplient ravive le traumatisme et l’effroi de la violence inouïe dont leurs parents ont eu à souffrir de la part d’un Etat français et d’une société française qui ont largement collaboré avec leurs bourreaux. Nous attendons donc de vous que vous déployiez d’importants moyens d’éducation, et que les auteurs de ces actes soient sévèrement punis. Mais nous ne voulons certainement pas que vous livriez les juifs de France et leur mémoire à l’extrême droite israélienne, comme vous le faites en affichant ostensiblement votre proximité avec le sinistre « Bibi » et ses amis français.

C’est pourquoi nous tenons à vous faire savoir que nous sommes antisionistes, ou que certains de nos meilleurs amis se déclarent comme tels. Nous éprouvons du respect et de l’admiration pour ces militants des droits humains et du droit international qui, en France, en Israël et partout dans le monde, luttent courageusement et dénoncent les exactions intolérables que les sionistes les plus acharnés font subir aux Palestiniens. Beaucoup de ces militants se disent antisionistes car le sionisme a prouvé que lorsque sa logique colonisatrice est poussée à l’extrême, comme c’est le cas aujourd’hui, il n’est bon ni pour les juifs du monde, ni pour les Israéliens, ni pour les Palestiniens.

Monsieur le Président, nous sommes des citoyens français respectueux des lois de la République, mais si vous faites adopter une loi contre l’antisionisme, ou si vous adoptez officiellement une définition erronée de l’antisionisme qui permettrait de légiférer contre lui, sachez que nous enfreindrons cette loi inique par nos propos, par nos écrits, par nos œuvres artistiques et par nos actes de solidarité. Et si vous tenez à nous poursuivre, à nous faire taire, ou même à nous embastiller pour cela, eh bien, vous pourrez venir nous chercher.

Premiers signataires :
Gilbert Achcar universitaire
Gil Anidjar professeur
Ariella Azoulay universitaire
Taysir Batniji artiste plasticien
Sophie Bessis historienne
Jean-Jacques Birgé compositeur
Simone Bitton cinéaste
Laurent Bloch informaticien
Rony Brauman médecin
François Burgat politologue
Jean-Louis Comolli cinéaste
Sonia Dayan-Herzbrun sociologue
Ivar Ekeland universitaire
Mireille Fanon-Mendès France ex-experte ONU
Naomi Fink professeure agrégée d’hébreu
Jean-Michel Frodon critique et enseignant
Jean-Luc Godard cinéaste
Alain Gresh journaliste
Eric Hazan éditeur
Christiane Hessel militante et veuve de Stéphane Hessel
Nancy Huston
écrivaine
Abdellatif Laâbi écrivain
Farouk Mardam-Bey éditeur
Gustave Massiah économiste
Anne-Marie Miéville cinéaste
Marie- José Mondzain philosophe
Ernest Pignon-Ernest artiste plasticien
Elias Sanbar écrivain, diplomate
Michèle Sibony enseignante retraitée
Eyal Sivan cinéaste
Elia Suleiman cinéaste
Françoise Vergès politologue.

Liste complète des signataires disponible sur :https://bit.ly/2BTE43k

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’antisionisme est une opinion, pas un crime

Nouvelles de l’association

BILAN DES DERNIERES MISSIONS DE L’ASSOCIATION

réception à la maison de quartier d’Al Houda (Agdir)
  • Agadir (Maroc) du 13 octobre au 7 novembre

Jean Claude Valomet   insiste sur l’action en cours d’élaboration dans le « domaine de la Gériatrie » avec notre partenaire sur place « La Voix des Femmes Marocaines ». Une demande de subvention sera déposée auprès de Conseil départemental 44.

Cette mission a aussi été l’occasion de célébrer les 30 ans de l’association et le partenariat mené avec la région d’Agadir en présence des associations et autorités locales ainsi que du Conseil départemental 44.

Un bilan a été transmis aux autorités.

  • Palestine et Israël du 12 au 20 novembre

Jean Claude et Marie-Françoise Vieau présentent le bilan de la mission en Palestine qui a été aussi l’occasion de mettre au point le projet « d’initiation français pour des Jeunes de Jéricho » en partenariat avec l’Alliance Française de Bethléem et le Conseil départemental 44 qui a accordé une subvention de 2 000 euros.

Le bilan de cette mission a été transmis au Conseil Départemental 44, à la Mission Palestine en France ainsi qu’au Consulat de France à Jérusalem Est.

Les participants qui venaient pour la première fois en Palestine sont prêts à témoigner et un mini-questionnaire leur sera adressé pour recueillir leurs impressions.

ACTION DU CONSEIL DEPARTEMENTAL 44 EN FAVEUR DE JERUSALEM EST

Le Conseil Départemental de Loire Atlantique qui mène de longue date des actions de coopération avec Jénine dans la Nord de la Cisjordanie, a décidé de conclure un pacte d’amitié avec le Gouvernorat de Jérusalem-Est.

Une cérémonie de signatures a eu lieu le 29 novembre dernier, journée annuelle de solidarité avec le peuple palestinien. Se sont associées à la signature de ce pacte 19 communes du département, étant précisé que le Gouverneur de Jérusalem, représentant de l’Autorité Palestinienne, n’avait pu faire le déplacement car il venait de se faire arrêter et emprisonner par l’armée israélienne.

Sinon notre association a regretté l’absence de la ville de St Herblain à cette cérémonie et un courrier a été adressé au Maire

fresque réalisée avec les habitants d’Agadir
Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur Nouvelles de l’association

13/12/2018 Déclaration de Hagaï Elad, directeur général de B’Tselem, lors de la remise du Prix des droits de l’Homme, décerné par la République Française le 10.12.18 http://www.ujfp.org/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6836 1/3 UJFP http://www.ujfp.org/spip.php?article6836 Déclaration de Hagaï Elad, directeur général de B’Tselem, lors de la remise du Prix des droits de l’Homme, décerné par la République Française le 10.12.18 mardi, 11 décembre 2018 / Hagaï Elad « Je me demande souvent si nous serions aujourd’hui capables, en tant qu’Assemblée des Nations, d’approuver la Déclaration universelle des droits de l’homme ? Je crains que non. » Ainsi s’est exprimée la chancelière allemande Angela Merkel, il y a quelques semaines.

 
 
« Je me demande souvent si nous serions aujourd’hui capables, en tant qu’Assemblée des Nations, d’approuver la Déclaration universelle des droits de l’homme ? Je crains que non. » Ainsi s’est exprimée la chancelière allemande Angela Merkel, il y a quelques semaines.
 
 
 
Aujourd’hui,
ce 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme, marque le 70ème
anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette journée aurait pu être
une journée de célébration, mais face à la situation dans le monde, je préfère m’en tenir aux
propos inquiets de la chancelière.
Alors que des millions de personnes ne sont pas « libres et égaux en dignité et en droits »
(article 1) et sont atteints dans leur « droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de la personne »
(article 3), sans « }droit à un recours effectif devant les juridictions » (article 8), font « l’objet
d’immixtions arbitraires dans la vie privée » (article 12), n’ont pas  » le droit de circuler
librement » (article 13), n’ont pas « droit à une nationalité » (article 15), sont privés du « droit à la
liberté d’opinion et d’expression » (article 19) et ne peuvent en aucun cas « prendre part à la
direction des affaires publiques de leur pays » (article 21) – cette interrogation prend toute son
importance, non seulement vis-à-vis de la grandeur de la vision sur laquelle est basée la
Déclaration, mais aussi vis-à-vis de la douleur et de l’oppression causées par son non-respect.
Aujourd’hui, nous recevons, aux côtés de nos collègues de l’association palestinienne pour les
droits de l’homme Al Haq, le prix des Droits de l’homme, décerné par la République Française.
Les valeurs communes auxquelles nos deux associations croient sont celles de la Déclaration
des droits de l’homme. Ce sont des valeurs qui peuvent être le fondement de toute vie basée
sur l’honneur, l’égalité des droits, la liberté et la justice. La lutte pour la réalisation de ces
valeurs est encore longue et âpre. Est-ce que nous en sommes capables ?
Pour citer la Déclaration « ’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un
régime de droit. »Pour continuer notre œuvre, nous avons besoin de votre soutien
. Cette année, nous avons à plusieurs reprises démontré comment, malgré les tentatives du
Premier ministre et de ses émissaires, nous faisons entendre la voix des droits de
l’homme, clairement et sans crainte : en Israël, dans les territoires occupés et dans le
monde entier.
Soutenir B’tselem est la manière concrète de valider réellement ces valeurs
auxquelles nous croyons.
Est-ce que nous en sommes capables ? La réponse se trouve chez chacune et chacun d’entre
nous,
Cordialement

Hagaï Elad

Directeur général de B’Tselem

 
 
 
 
 
 
Hagaï Elad, directeur général de B’Tselem, lors de la remise du Prix des droits de lhomme, décerné par la République Française le 10.12.18
 
 
Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur 13/12/2018 Déclaration de Hagaï Elad, directeur général de B’Tselem, lors de la remise du Prix des droits de l’Homme, décerné par la République Française le 10.12.18 http://www.ujfp.org/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6836 1/3 UJFP http://www.ujfp.org/spip.php?article6836 Déclaration de Hagaï Elad, directeur général de B’Tselem, lors de la remise du Prix des droits de l’Homme, décerné par la République Française le 10.12.18 mardi, 11 décembre 2018 / Hagaï Elad « Je me demande souvent si nous serions aujourd’hui capables, en tant qu’Assemblée des Nations, d’approuver la Déclaration universelle des droits de l’homme ? Je crains que non. » Ainsi s’est exprimée la chancelière allemande Angela Merkel, il y a quelques semaines.

Ahed Tamimi : « Nous n’en pouvons plus de l’occupation »

 

La jeune Palestinienne Ahed Tamimi, qui a fait huit mois de prison pour avoir giflé deux soldats israéliens, est en tournée en Europe. Euronews a rencontré l’activiste de 17 ans à l’occasion d’un meeting organisé jeudi près de Grenoble (France).

« J’appelle les jeunes européens à faire pression sur leurs gouvernements respectifs pour qu’ils interviennent en faveur de la question palestinienne. Qu’ils voient ce qui se passe réellement sur le terrain et qu’ils le fassent savoir sur les réseaux sociaux. J’appelle aussi au boycott d’Israël« , a déclaré l’adolescente.

« Nous étions très mal traités en prison, les gardiens étaient racistes envers nous. Ils diminuaient nos rations alimentaires et ne nous donnaient pas les choses essentielles dont nous avions besoin. Nous les filles étions à court de serviettes hygiéniques. C’était une souffrance physique et psychologique« , dénonce Ahed Tamimi, qui assure n’être liée à aucun parti politique.

« J’appelle les partis politiques palestiniens à s’unir pour l’intérêt national et non pour leurs intérêts personnels. En tant que nouvelle génération, nous n’en pouvons plus de l’occupation. Nous ne voulons pas que les générations suivantes vivent dans les même conditions. Nous devons nous unir pour nous débarrasser de l’occupation et récupérer nos terres« , poursuit-la militante,

La famille d’Ahed Tamimi a eu beaucoup de mal à quitter les territoires palestiniens assure l’association, qui évoque une traversée « toujours très humiliante » de la frontière jordanienne pour rejoindre l’aéroport d’Amman, les Palestiniens ne pouvant pas emprunter celui de Tel-Aviv.

Icône palestinienne

Salle pleine et standing ovation : ce soir-là à Grenoble, quelque 800 personnes ont accueilli en héroïne Ahed Tamimi. Une jeune fille dans l’audience n’a carrément pas pu retenir ses larmes. Accompagnée de sa famille, Ahed Tamimi est revenue sur ses conditions de détention et renouvelé son appel à mettre fin à toute la colonisation israélienne.

L’engouement qu’a suscité sa venue, dont elle avait déjà témoigné lors de son apparition à la Fête de l’Humanité, prouve la sympathie que suscite le parcours de cette adolescente chez les défenseures de la cause palestinienne. Celui d’une nouvelle génération de militants.

« Paradoxalement, l’extrémisme du gouvernement Netayahou et la levée des ambiguïtés du gouvernement américain dans ce conflit offrent une nouvelle opportunité, une nouvelle perspective de mobilisation non violente, qui vient relayer des générations qui se sont trouvées compromises par les enjeux des deux dernières décennies« , estime Willy Beauvallet, maître de conférence en Science politique à l’université Lyon 2.

A la fin de sa tournée, qui se poursuit en Belgique, en Grèce, en Espagne, en Algérie puis en Tunisie. Ahed Tamimi rentrera dans son village de Nabi Saleh, occupé par Israël depuis 50 ans.

Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur Ahed Tamimi : « Nous n’en pouvons plus de l’occupation »

La famille Tamimi « interdite » de sortie de Palestine : Agissons!

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La famille Tamimi « interdite » de sortie de Palestine : Agissons!

JUSQU’OU IRONT LES ACTUELS DIRIGEANTS ISRAELIENS ?

 

Sourds aux résolutions de l’ONU depuis 70 ans, les dirigeants israéliens violent allègrement le droit international sans d’ailleurs encourir la moindre sanction de la part de la « communauté internationale »,

Aveugles, ces mêmes dirigeants nient l’existence des 6,5 millions Palestiniens qui vivent aujourd’hui sur la Palestine historique soit autant que d’Israéliens de confession juive sur ce même territoire,

Mais aujourd’hui, ces dirigeants ne sont pas encore devenus muets…

Le 19 juillet, la Knesset a franchi une étape, criante de vérité.

Maintenant c’est clair : « la Terre d’Israël est la patrie historique du peuple juif « et de lui seul !

Adieu les propos tenus en 1948 lors de la création de l’Etat :

 

« L’Etat d’Israël favorisera le développement du pays pour le bénéfice de tous ses habitants ; il sera basé sur les préceptes de liberté, de justice et de paix enseignés par les prophètes hébreux ; il accordera pleine et totale égalité sociale et politique à tous ses citoyens sans distinction de race, de croyance et de sexe ; il garantira pleine liberté de conscience, de culte, d’éducation et de culture ; il assurera la sauvegarde et l’inviolabilité des Lieux Saints et des sanctuaires de toutes les religions et respectera la Charte des Nations Unies »

Maintenant aussi c’est clair : la notion de démocratie est abandonnée.

Depuis 7 ans que cette loi était en discussion entre « caractère juif » et/ou « démocratique », la notion de « démocratie » n’apparaît pas dans les 500 mots de la loi.

C’est peut-être ce qui a fait dire à Beny BEGIN, seul député du Likoud à s’être abstenu le 19 juillet : «le patriotisme sans les droits de l’homme dégénère en nationalisme ».

Reste encore une précision, celle des frontières de la « Terre d’Israël» : la prochaine étape ?

Doit-on comprendre que la loi en évoquant « la Terre d’Israël «  fait référence :

  • Aux frontières internationalement reconnues actuellement ?
  • A celles qui intègrent les terres palestiniennes sur lesquelles les colons se sont illégalement implantés ?
  • A celles qui annexent illégalement toute la Cisjordanie, territoire palestinien ? Auquel on peut rajouter le Golan, territoire syrien ?

C’est une question importante car avec la loi fondamentale, les non juifs deviennent des citoyens de seconde zone s’ils sont encore « acceptés » eu égard aux propos tenus par certains ministres du Gouvernement actuel :

  • La Ministre de la Justice : sur sa page Facebook, elle qualifie « l’ensemble du peuple palestinien… d’ennemi d’Israël » justifiant ainsi « sa destruction y compris ses vieillards, ses femmes, ses villes et ses villages »
  • Le Ministre de l’Education : « J’ai tué beaucoup d’Arabes, aucun problème avec ça »
  • Le Ministre de la Défense : « Les Israéliens arabes n’ont pas leur place ici. Ils peuvent prendre leur baluchons et disparaître…».

Sans commentaire.

Et la Bande de Gaza où s’entassent près de 2 millions de Palestiniens dont les trois quarts ont le statut de réfugiés, car chassés de leurs terres en 1948 lors de la création de l’Etat d’Israël ?

Faut-il attendre les suites données par la Cour Pénale Internationale qui a annoncé qu’elle allait engager la phase préliminaire dans la demande de saisine pour crimes de guerre déposée par l’Autorité Palestinienne contre Israël après la mort de 140 Palestiniens lors de la Marche du Retour dans la Bande de Gaza.

30 juillet 2018

 

Contacts :

Jean Claude VALOMET, Président de Pays de Loire Gaza Jérusalem

Marie-Françoise VIEAU, Secrétaire de PLGJ

 

Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur JUSQU’OU IRONT LES ACTUELS DIRIGEANTS ISRAELIENS ?

Appel à préachat pour l’édition de La grande marche du retour

Témoignages de Palestinien.nes 70 ans après la Nakba
Par
Annie Fiore
journaliste de terrain indépendante spécialisée dans le Moyen Orient et l’Afrique
Annie Flore a couvert la période de la 1ère Intifada (1987 1993), puis les années post Oslo (1993 2000) pour de nombreux journaux et magazines :
L’Humanité  dimanche, Révolution, Le Monde Diplomatique, Jeune Afrique Économie et des contributions ponctuelles à Témoignage Chrétien,
L’Humanité, La Terre, U Ribumbu.
Elle a publié en 1994
Rêves d’Indépendance
Chronique du peuple de l’Intifada
aux Editions L’Harmattan.
En 2016,séjour, près de 30 ans après son premier séjour  elle repart accompagnée de la réalisatrice Muriel Jacoub
 d’abord dans les camps de réfugiés de Jordanie, puis dans les Territoires palestiniens occupés et en Israël sur les traces et occupés et en Israël sur les traces et vidés de leurs habitants et détruits entre 1948 et 1952 par les colons sionistes puis par l’armée israélienne. Il en sortira un film  :
La clé du sol  réalisé par Muriel Jacoub et ce livre La  grande marche du retour
.
Cet ouvrage de près de 300 pages au format 150*205 mm comprend, comme le  film, les témoignages de réfugiés, de leurs enfants et petits enfants, recueillis dans les camps de réfugiés ou en France. Il est accompagné d’un historique, de nombreuses photographies et cartes
La courte échelle /éditions transit, association non subventionnée, a décidé de

réaliser cette édition. Le coût de ce livre étant élevé pour y parvenir nous nous adressons à vous et lançons un préachat du livre dont la réalisation avance.  Pour qu’il puisse voir le jour début septembre il nous faut très rapidement obtenir 250 préventes soit environ 5000€.

Si notre projet vous intéresse vous pouvez y contribuer.
Commandez, dès maintenant un ou plusieurs exemplaires qui vous parviendront
sans frais de port au prix de 22 € par ouvrage sans frais de port au prix de 22 € par ouvrage
Règlement par
chèque à adresser à
la courte échelle / éditions transit 2 place Francis Chirat 13002 Marseille
ou encore via Helloasso
https://www.helloasso.com/associations/la courte echelle
transit/collectes/campagne de preachat du livre  » La Grande Marche du retour »
d’Annie Flore
Diffusez cet appel autour de vous , famille, ami.es.
Pour plus d’informations contacter
courtechel.editionstransit@gmail.com
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Appel à préachat pour l’édition de La grande marche du retour

La France empêche deux bateaux de la « flottille de la liberté » d’entrer à Paris

Paris – Ma’an – La police française a empêché deux bateaux de la « Flottille de la liberté » se dirigeant vers Gaza de faire une halte à quai sur les rives de la Seine à Paris, ce dimanche, avant le départ de la flottille vers Gaza pour tenter de briser le siège israélien.

Des dizaines de partisans, agitaient des drapeaux palestiniens et scandaient des acclamations « Arrêtez le massacre contre les Palestiniens, » aux abords de la rivière pour accueillir deux des bateaux parmi les quatre qui composent la flottille qui passait à Paris, accompagnée par des bateaux de la police fluviale. Selon l’agence citée « Reuters ».

Taoufiq Tahani, président honoraire de l’Association France Palestine Solidarité, a déclaré que les bateaux avaient fait l’objet d’une fouille policière approfondie la veille pour les empêcher d’accoster à Paris.

« Nous avons été surpris, malheureusement, et nous ne savions pas que les eaux israéliennes commencent maintenant dans la Seine à Paris, ce qui est inconcevable. »

Les quatre bateaux de la flottille iront à Gaza et se rejoindront dans les eaux de la Méditerranée avant d’essayer d’approcher la côte en un seul convoi.

Israël impose un blocus maritime et terrestre à Gaza et a empêché d’autres bateaux d’approcher la côte de la bande de Gaza par le passé.

Traduction : Moncef Chahed pour l’AFPS

Bonjour

comme vous le savez, la flottille de la Liberté n’a pas pu accoster au pied de l’IMA comme prévu. La police fluviale, qui nous harcelait depuis le matin , nous en a vigoureusement empêchés.

Néanmoins, la présence tout le long du parcours de 3 à 4 vedette rugissantes (les queues de poisson à haute vitesse pour faire des vagues suffisantes pour faire tanguer les bateaux, nous mouiller voire nous déséquilibrer, ils connaissent) et gyrophares allumés a attiré l’attention des passants qui nous ont très souvent salués, le V de la victoire a émaillé les bords de Seine et les ponts ainsi que les bateaux. Nous avons été plus visibles que si nous avions pu mener à bien notre « croisière ».

Vu de l’eau, le rassemblement était impressionnant, avec les drapeaux et banderoles, les cris de colère et de soutien quand les zodiacs nous ont poussés de force loin du rivage.

Merci à toutes et tous qui avez participé à cette belle action de solidarité. Il faut maintenant lui faire le plus de publicité possible ce qui sera une façon de protéger nos amis sur les bateaux qui vont descendre vers Lyon.Ne doutons pas que Mme xxx, l’ambassadrice d’Israël (j’ai oublié son nom,et elle ne mérite d’ailleurs pas qu’on le retienne) fera à nouveau pression sur les autorités françaises, nationales et municipales, pour empêcher que s’exprime notre solidarité avec la Palestine.

Merci aux personnalités présentes, dont M. Lang, président de l’IMA, qui avait tenu à venir nous saluer et s’en est vu empêché par la force. Parce que même si la violence n’a pas été physique, ce déni d’expression, d’opinion et du droit humain de solidarité, est une violence inacceptable. Nous n’acceptons pas!

Bien cordialement à toutes et tous et à très bientôt des nouvelles de nos bateaux

Claude Leostic Présidente de la Plateforme nationale


Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur La France empêche deux bateaux de la « flottille de la liberté » d’entrer à Paris

Quand la France organise la promotion d’Israël

Emmanuel Macron a invité le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à Paris ce 5 juin. Il doit inaugurer une «saison France-Israël» prévue de juin à novembre dans plusieurs villes françaises. En jeu, l’image des dirigeants israéliens érodée par leur politique coloniale et guerrière, et le développement des relations économiques entre Paris et Tel-Aviv.

https://orientxxi.info/local/cache-responsive/cache-560/2d5f695cfa575137addda9b9cc5efc5b.jpg?1528193587

Elle se nommait Razan Al-Najjar. Âgée de 21 ans, elle vivait, comme plus d’un million et demi de Palestiniens, dans l’étroit territoire de Gaza assiégé depuis plus de dix ans par Israël, et avait déjà connu trois offensives militaires dévastatrices. Devenue infirmière, elle a été assassinée vendredi 1er juin par un sniper israélien, alors que, vêtue de sa blouse distinctive, elle portait secours à l’un des nombreux participants de la « marche du retour et de la rupture du blocus » blessé par balle. Au lendemain de ses funérailles suivies par des milliers de Palestiniens, l’armée israélienne a de nouveau frappé plus de douze objectifs dans la bande de Gaza.

Plus de cent Palestiniens ont ainsi été tués depuis le début des manifestations le 31 mars dernier, la journée de l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem le 14 mai ayant été la plus meurtrière. Il y a eu aussi des milliers de blessés. Pourtant, ce mardi 5 mai, Emmanuel Macron reçoit une nouvelle fois à Paris le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, pour l’inauguration de la « saison croisée France-Israël », censée se tenir dans plusieurs villes françaises de juin à novembre. Comment comprendre une telle initiative française qui, pour beaucoup, fait figure de véritable provocation ?

2008, 2018 : Israël, invité d’honneur

« Il est des amitiés que ne peuvent altérer ni les turbulences de l’Histoire ni les profondes mutations que connaissent nos sociétés », plaide le président de la République dans la brochure de présentation de l’événement. Comme si les tirs de snipers sur des manifestants pacifistes et les bombardements relevaient de simples « turbulences » sans responsable. Et d’ajouter : « Il en va ainsi de l’amitié entre Israël et la France » muée en inclination pour son premier ministre. Le locataire de l’Élysée va même jusqu’à affirmer : « Elle est un point fixe et assuré dans un monde en mouvement, une constante de notre identité », évoquant une « osmose sur bien des thèmes » entre les deux pays. À condition, probablement, d’omettre le respect des droits humains et du droit international.

À condition aussi de mépriser l’histoire. Car cette série de manifestations publiques, qui va durer six mois, coïncide, comme tient à le rappeler le premier ministre israélien, avec le soixante-dixième anniversaire de la création d’Israël. Il s’agit pourtant aussi du soixante-dixième anniversaire de la Nakba, qui s’est traduite entre 1947 et janvier 1949 par l’expulsion de plus de 800 000 Palestiniens et par leur dépossession, les enfants de réfugiés devant toujours exiger le droit au retour que leur reconnait pourtant le droit international. C’est précisément ce que réclament les manifestants de Gaza, dont deux tiers de la population se compose de réfugiés. Or, du siège de Gaza aux milliers d’« unités d’habitations » qui se construisent en violation du droit dans les colonies israéliennes de Cisjordanie, la Nakba s’avère surtout un processus qui se poursuit et s’accélère aujourd’hui, selon le programme énoncé par l’ancien premier ministre d’Israël, Ariel Sharon, au début des années 1980 : « achever ce qui ne l’a été en 1948 ». Mais il n’en sera pas question dans les commémorations parisiennes. Emmanuel Macron reprend ainsi à son compte la ligne de conduite de Nicolas Sarkozy, lequel, dix ans plus tôt, avait fait de Shimon Pérès son premier invité diplomatique, venu inaugurer au printemps 2008 le Salon du livre dont Israël était alors l’invité d’honneur, dans l’omission volontaire de l’histoire, de l’actualité et du droit du peuple palestinien.

C’est que pour l’exécutif français, l’essentiel est ailleurs. Emmanuel Macron l’explicite dans la même brochure : d’une part, il s’agit de renouveler « l’image que nos nations se font chacune de l’autre » ; de l’autre, il entend tout faire pour « intensifier les échanges » entre les deux pays.

Un objectif de Tel-Aviv face au « BDS »

L’image d’Israël et de sa politique s’est en effet considérablement dégradée dans le monde, en Europe en particulier. En France, selon un sondage réalisé en mai par l’Institut français d’opinion publique (IFOP) pour l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), 57 % des personnes interrogées ont une mauvaise image d’Israël, 71 % considèrent que ce pays « porte une lourde responsabilité dans l’absence de négociation avec les Palestiniens », 57 % qu’il « constitue une menace pour la stabilité régionale », et seulement 46 % qu’il « est une démocratie ».

En fait, un spectre hante Tel-Aviv : l’efficacité de la campagne internationale de boycott, désinvestissement et sanctions BDS ») lancée le 9 juillet 2005 par 172 ONG, organisations syndicales et politiques palestiniennes1 et reprise par les organisations anticoloniales israéliennes et le mouvement de solidarité dans le monde. Pour lutter contre l’impunité dont bénéficie Israël pour pérenniser sa politique, les citoyens se sont invités dans l’équation politique en organisant une campagne internationale non violente : le boycott des institutions et entreprises économiques, sportives ou culturelles israéliennes qui soutiennent l’occupation et la colonisation de la Palestine, le désinvestissement des entreprises impliquées dans cette occupation, et exigent des États de véritables sanctions contre Tel-Aviv, tant qu’Israël persistera à bafouer le droit international. Au point que les dirigeants israéliens qualifient le BDS de « menace stratégique ».

Car le mouvement BDS progresse, soutenu par des syndicats, tels le Congress of South African Trade Unions (Cosatu) en Afrique du Sud ou le Trades Union Congress (TUC) britannique, des organisations paysannes ou étudiantes, des églises… et marque des points. Des fonds de pension norvégiens, hollandais, américains…, des universités comme Harvard retirent leurs investissements d’entreprises israéliennes travaillant pour la colonisation. Véolia, qui a contribué à la construction du tramway reliant Jérusalem-Ouest à des colonies, finit par se désengager des transports israéliens. Nombre d’artistes refusent de cautionner la politique israélienne et annoncent ne pas se produire dans le pays tant qu’il violera le droit. L’ONU elle-même établit une liste d’entreprises participant, en contrevenant donc au droit, à la colonisation.

Tel-Aviv a donc décidé de créer un département spécial de « délégitimation du BDS », et d’investir un budget conséquent dans une contre-offensive idéologique à deux volets : tenter de retrouver une légitimité altérée, et tenter de décrédibiliser le mouvement de solidarité. Les initiatives notamment « culturelles » telles que la « saison » organisée en France s’inscrivent clairement de cette démarche.

Quant aux défenseurs du droit du peuple palestinien à l’autodétermination engagés dans le BDS, ils sont victimes d’une intense campagne visant à amalgamer leur combat à de l’antisémitisme. C’est tout particulièrement le cas en France. L’ambassade d’Israël s’est ainsi vantée de ne pas être étrangère au retournement de position de l’ancienne garde des sceaux Michèle Alliot-Marie, laquelle soulignait en mai 2009 que le boycott ne concernait que des produits israéliens d’importation avant d’affirmer en février 2010, au mépris des faits, qu’il s’agirait d’un boycott de produits cacher. En mai 2012, son successeur Michel Mercier a confirmé la circulaire qu’elle avait envoyée en février 2010 aux parquets, les enjoignant d’engager systématiquement des poursuites contre les partisans de BDS, allant jusqu’à accuser d’incitation à la haine antisémite ces militants de l’égalité des droits, de l’antiracisme et du droit international. Depuis, des dizaines d’entre eux sont passés devant les tribunaux. Les associations de défense des droits humains réclament le retrait des circulaires, et Frederica Mogherini, cheffe de la diplomatie européenne, pourtant opposée au BDS, a rappelé l’obligation des États membres de défendre la liberté d’expression. La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a quant à elle transmis ses questions au gouvernement français à la suite de la requête déposée par onze militants.

Emmanuel Macron est d’autant moins revenu sur ces circulaires qu’il a au contraire franchi un pas supplémentaire en assimilant, après Manuel Valls, antisionisme et antisémitisme. Une affirmation proférée notamment en présence du premier ministre israélien à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 2017, déclaration inédite de la part d’un président de la République, qui risque de laisser confondre juifs et sionistes ou thuriféraires de la politique de Tel-Aviv, et qui vise en fait à entraver sinon à interdire toute critique.

« Business as usual »

Pour Emmanuel Macron, la « saison France-Israël » revêt en outre un autre objectif : intensifier les relations économiques et stratégiques entre les deux pays. « Les investissements israéliens en France représentent 160 millions d’euros par an. C’est peanuts ! », a ainsi déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, à l’occasion du Festival DLD de Tel Aviv (rencontre internationale de l’innovation numérique) en septembre dernier, invitant également « toutes les compagnies françaises dans tous les secteurs (…) à investir davantage en Israël ».

D’un côté, les mots, de l’autre, les actes. D’un côté, Paris condamne la colonisation, rappelle la position française en faveur d’une solution politique fondée sur la coexistence de deux États, Israël et Palestine et condamne de même le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. En même temps, il appelle les Palestiniens à prendre en compte le « plan de paix » américain, plaide pour une négociation en tête à tête entre occupants et occupés dont l’histoire a démontré la vacuité et soumet la reconnaissance par la France de l’État de Palestine à l’accord entre les parties, c’est-à-dire à sa reconnaissance préalable par les dirigeants israéliens qui la rejettent.

De l’autre, non seulement il refuse toute pression sur Israël, mais encourage au contraire le développement des liens tous azimuts avec ce pays. Une démarche commune à celle de ses partenaires de l’Union européenne (UE), dont la majorité des États membres entretiennent avec Tel-Aviv des liens commerciaux et économiques et des projets communs industriels, technologiques ou scientifiques (dont certains avec des prolongements militaires). L’UE représente ainsi le premier partenaire commercial d’Israël (avec 35,3 % de ses exportations) et l’a associé au projet « Horizon 2020 » de financement de la recherche et de l’innovation, entré en vigueur en 2014.

Au-delà des condamnations de principe, une telle orientation que concrétisent la saison France-Israël et la nouvelle invitation du premier ministre israélien s’avère bien plus qu’une provocation : elle constitue pour Tel-Aviv un encouragement à poursuivre dans son refus du droit et de la paix.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Quand la France organise la promotion d’Israël

Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël

Signez l’appel ici

Monsieur le Président de la République,

Sous votre haut patronage, la République française s’apprête à lancer la « saison France-Israël 2018 ». Cet événement, lit-on,

« a […] pour ambition de montrer la vitalité de la relation bilatérale dans les domaines culturels et scientifiques, de marquer une nouvelle étape dans les relations économiques et de renouveler le regard que portent les Français sur Israël et les Israéliens sur la France ».

Bien plus,

« A travers plus de 400 événements dans les deux pays, la saison France-Israël 2018 résonnera dans une cinquantaine de villes en France et une vingtaine de villes en Israël autour de thèmes variés tels qu’innovation, sciences, économie, théâtre, danse, art contemporain, musique, éducation, cinéma, design, livre et débat d’idées ».

Cette inauguration aura lieu dans un contexte où le droit international dans les territoires palestiniens n’a jamais été aussi bafoué. L’extension des colonies se poursuit et l’ambassade des Etats-Unis a été transférée à Jérusalem. Que la « saison France-Israël 2018 » se déroule dans ces conditions est en soi inopportun, tant il est évident que cet événement participe d’une stratégie visant à redorer le blason d’un État dont la nature annexionniste n’est plus un secret pour personne.

Mais aujourd’hui, il serait inadmissible que cette « saison France-Israël » soit maintenue en dépit du dernier massacre de Gaza. Ce serait une atteinte irrémédiable à nos principes républicains et à nos valeurs de justice.

Citoyennes et citoyens français, nous ne pouvons accepter, dans les circonstances présentes, cette collaboration d’État à État entre la France et Israël. Nous ne pouvons nous soumettre à la normalisation avec un régime colonial bafouant les droits de l’Homme et les conventions internationales signées par la France.

Comment en effet pourrions-nous faire comme si de rien n’était ? Comme si des dizaines de jeunes gens n’avaient pas été assassinés de manière préméditée ? Comme si des centaines de manifestants demandant seulement le respect de leurs droits fondamentaux n’avaient pas été estropiés à vie ? Comme si le ghetto de Gaza ne courait pas le risque d’être purement et simplement liquidé, avec la complicité, active ou passive, de la communauté internationale ?

Pour cette raison, Monsieur le Président de la République, nous vous demandons de faire en sorte que la « saison France-Israël 2018 » n’ait pas lieu. Ne nous entretenons pas d’« éducation » ou d’« idées » avec un État qui a assassiné en quelques semaines plus de 110 jeunes gens épris de liberté et en a blessé ou mutilé plus de 8000. Envoyez un signal clair au gouvernement israélien en renonçant publiquement à la « saison France-Israël 2018 ». La société civile française ne saurait voir ces manifestations se tenir sans faire entendre sa désapprobation.

Signez l’appel ici

Premiers signataires

Ahmed Abbes, directeur de recherche au CNRS, Paris
Samir Abdallah, cinéaste
Eric Alliez, professeur à l’Université Paris 8
Viviane Baladi, directrice de recherches au CNRS, Paris
Jean Barge, professeur retraité Ecole polytechnique
Arnaud Beauville, professeur émérite à l’Université Côte d’Azur
Jacques Bordé, ancien directeur de Recherche au CNRS
Larbi Bouguerra, ancien directeur de recherche associé au CNRS, ancien attaché-assistant à la Faculté de Médecine de Paris
Remi Brulin, professeur, John Jay College of Criminal Justice, New York, USA
Bernard Caillaud, ingénieur général des Ponts, professeur à Paris School of Economics, Paris
Jean-Marc Capellero-Rabinovitz, co-président de l’UJFP
Christine Charretton, mathématicienne retraitée de l’Université de Lyon 1
Yves Chilliard, directeur de recherche à l’INRA, syndicaliste et responsable associatif
Elisabeth Cramer Bordé, professeur honoraire à l’Université de Versailles-St Quentin
Laurent Cugny, professeur à Sorbonne Université
Dominique Delande, directeur de recherche au CNRS, Paris
Ivar Ekeland, ancien président de l’Université Paris-Dauphine, ancien président du Conseil Scientifique de l’École Normale Supérieure
Elisabeth Fröchen, professeure agrégée de l’université, retraitée
Jacques Fröchen, professeur agrégé de l’université, retraité
Philippe Enclos, maître de conférences en droit à l’Université de Lille
Christophe Fouqueré, professeur à l’Université Paris 13
Claire Gallien, maîtresse de conférences à l’UPVM3 et chercheuse au CNRS, Montpellier
Catherine Goldstein, directrice de recherche au CNRS, Paris
Dominique Grange, chanteuse engagée
Julien Grivaux, chercheur au CNRS, Marseille
Michel Gros, chercheur au CNRS, Rennes
Eric Guichard, maître de conférences à l’Enssib, Université de Lyon, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie
Alain Guiraudie, cinéaste
Imen Habib, animatrice de la Campagne BDS France
Eric Hazan, éditeur
Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS)
Christine Huyghe, chercheure au CNRS, Strasbourg
Stéphanie Latte Abdallah, chercheure au CNRS, Paris
Jean-Marc Lévy-Leblond, professeur émérite de l’université de Nice
Roland Lombard, directeur de recherche émérite au CNRS, Paris
Kheridine Mabrouk, cinéaste
Jean-François Méla, ancien président de l’Université Paris 13
Michel Mietton, professeur émérite Université Lyon 3, Jean Moulin
Alain Mille, professeur émérite à l’Université Lyon 1
Pierre Nicodème, chercheur honoraire au CNRS
Joseph Oesterlé, professeur émérite à Sorbonne-Université
Josiane Olff-Nathan, retraitée de l’Université de Strasbourg
Ugo Palheta, sociologue
Guy Perrier, professeur émérite à l’Université de Lorraine
Dominique Plihon, professeur émérite à l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
Ghislain Poissonnier, magistrat
Marwan Rashed, professeur à Sorbonne Université
Roshdi Rashed, directeur de recherche émérite au CNRS, professeur honoraire à l’Université de Tokyo
Lionel Schwartz, professeur émérite à l’Université Paris 13
Eyal Sivan, cinéaste, professeur à Amsterdam University of Arts (AHK)
Pierre Stambul, co-président de l’UJFP
Annick Suzor-Weiner, professeure émérite à l’Université Paris-Sud
Taoufiq Tahani, universitaire, Président d’honneur de l’AFPS
Gérard Toulouse, ancien Directeur de Recherche au CNRS, Ecole Normale Supérieure
Tardi, dessinateur
Dror Warschawski, chercheur au CNRS, Paris

Publié dans Rencontres, échanges | Commentaires fermés sur Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël