Cisjordanie: des colons israéliens acceptent de quitter l’avant-poste d’Amona

 

media

Un colon israélien prie dans l’avant-poste d’Amona, en Cisjordanie, le 18 décembre 2016.

 

C’est l’organisation « La paix maintenant » qui le révèle. Les autorités israéliennes ont donné le feu vert à la construction de 98 nouveaux logements dans une colonie de peuplement du nord de la Cisjordanie et dans une zone industrielle israélienne près de la ville de Ramallah.

En fait, indique l’ONG, le nombre pourrait monter jusqu’à 300 logements. Yariv Oppenheimer est l’un des dirigeants de l’organisation : « Malgré ses déclarations en faveur de la paix lors des funérailles de Shimon Peres – Benyamin Netanyahu continue de promouvoir de nouvelles colonies dans le coeur de la Cisjordanie. C’est une nouvelle preuve que Netanyahu n’a pas l’intention de mettre en place une solution à deux Etats ».

Il s’agit en fait de reloger les habitants de l’avant poste d’Amona à proximité de la colonie d’Ofra où vit une cinquantaine de familles. La Cour suprême israélienne a ordonné l’évacuation, d’ici à fin 2016, de cette implantation construite dans les années 1990 sans autorisation sur des terres privées palestiniennes.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, avait assuré qu’il mettrait à exécution cet ordre de justice. « Nous sommes un pays de droit », a-t-il proclamé. Dans le passé, la destruction de quelques bâtiments provisoires d’Amona avait provoqué de violents incidents entre la police israélienne et les résidents de l’implantation.

Ce contenu a été publié dans Rencontres, échanges. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.